La Lanterne (politique, sujets de société)

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 29 janvier 2011

29 janvier, 2011

Tunisie, Egypte : le triangle de la contestation dans le monde arabe…

Classé dans : Monde,Politique — llanterne @ 6:03

Tunisie, Egypte : le triangle de la contestation dans le monde arabe... dans Monde latern

Après la Tunisie, voici maintenant venu le tour de l’Egypte, comme dans une vaste théorie des dominos, et cette révolte partie du Maghreb, s’étend au Moyen-Orient. Des dizaines de milliers de manifestants défient le pouvoir du président égyptien Moubarak, dans plusieurs villes du pays – Le Caire, Alexandrie, Guizeh, Suez -, au cours de heurts avec les forces de l’ordre, qui ont fait plusieurs victimes, à l’image des tensions ayant touchées le centre-ouest de la Tunisie, les quinze derniers jours et cette « révolution du Jasmin ».

Il est vrai, que les potentats locaux ne manquent pas dans le monde arabo-musulman, en particulier. Mais toutefois, les Etats de la région ont également leurs spécificités. C’est ce qui explique d’ailleurs, la prudente réserve dans les rappels à l’ordre émanant des démocraties occidentales. Il est vrai que l’Egypte, n’est pas la Tunisie, les problématiques y sont autres. L’Egypte est l’Etat le plus peuplé du monde arabe (80 millions d’habitants) et le berceau historique du fondamentalisme islamiste. Les Frères musulmans sont une des principales forces d’opposition, dans un pays aux problématiques sociales diverses, en pleine explosion démographique. Le terrorisme frappe l’Egypte depuis les années 1980, pays comptant également la plus importante minorité chrétienne au Moyen-orient, représentant près de 10 à 15 % de la population – majoritairement de l’Eglise copte orthodoxe -, régulièrement visée et harcelée.

La Tunisie a toujours fait figure d’exception, depuis 40 ans, en tant qu’Etat laïc, dans le Maghreb et dans tout le monde arabo-musulman. Elle a été protégée de la vague terroriste des années 80. Dans les années 60, le président Bourguiba vint un soir à la télévision, pour boire un verre d’eau et dire aux Tunisiens, « le ramadan est inadapté aux conditions économiques modernes, travailler et manger, je m’arrange avec Dieu ». Anecdote révélatrice de la personnalité hors-norme du fondateur de la Tunisie indépendante, despote éclairé, modernisateur et anticlérical, une sorte de Clémenceau maghrébin. Mais la querelle autour des droits de l’homme, de la démocratie, ne peut s’abstraire de ce contexte.

Il serait bien-sûr exagéré d’expliquer que l’alternative pour la Tunisie se situait entre l’autoritarisme musclé de Ben Ali et l’islamisme, à l’image de l’Egypte tenu sous la férule du général Moubarak, depuis 1981. Bien-sûr, la lutte contre l’Islam radical, la peur de la guerre civile, qui ravagea le voisin algérien, dans le cas de la Tunisie, sont devenus de commodes prétextes, pour couvrir la corruption à grande échelle et la cupidité brutale et sans complexe des classes dirigeantes. Mais la démocratie libérale suppose par ailleurs, l’émergence d’un citoyen évoluant en-dehors des dogmes religieux, rationnellement, cheminement qu’a suivi la France au milieu du XVIIIe siècle. Mais cette évolution s’est inversée, et l’on assiste paradoxalement, à un basculement dans tout le monde arabo-musulman – particulièrement constatable en Egypte -, vers un Islam rigoriste, avec pourtant aussi dans tous ces pays, une élite bourgeoise éclairée, cultivée. 

Les%20pyramides%20-%20ancienne%20gravure dans Politique 

Jusqu’à présent, le discours délivré par Ben Ali ou d’autres dirigeants de la région, à l’image d’Hosni Moubarak, était plus ou moins le suivant : « Enrichissez-vous, au prix de votre liberté« . Mais ce modèle classique de développement fondé sur les exportations et le tourisme, a trouvé ses limites. « C’est la loi d’Erin de la mondialisation« . A la chute du mur de Berlin, on avait cru que le monde entier se convertirait à la sauce libérale occidentale. Mais ça ne s’est pas accompagné nécessairement par une démocratisation des régimes politiques, la dictature capitalistique étant devenue le vrai modèle d’aujourd’hui, le tout mâtiné de vrais retours identitaires et religieux. Nous assistons aux plus grands bouleversements géo – politiques dans cette région, depuis les trente dernières années.

Tout un modèle politique se voit ainsi remis en cause. Certes pour l’instant, la répression en Egypte ne semble pas aussi violente qu’elle ne l’a été Tunisie. Mais le mouvement va-t-il se poursuivre ? Quelles sont les issues pour le régime en place ? Comment va-t-il faire face et gérer cette vaste contestation populaire, qui semble prendre de l’ampleur ? Les Frères musulmans vont-ils s’engouffrer dans la brèche ? Autant de questions à des problématiques, qui sont importantes et lourdes de conséquences…

                                                                                                                                  J. D.

Demandeur d'emploi |
OKL-GOLP'S CENTER |
Interdit bancaire? Enfin le... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | homosexualiteethomoparentalite
| misoprostolfr
| paroxetinefr