La Lanterne (politique, sujets de société)

  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 10 juin 2011

10 juin, 2011

Le débat sur la double nationalité

Classé dans : Politique,sujets de societe — llanterne @ 2:13

Le débat sur la double nationalité  dans Politique latern

Henri Guaino a considéré récemment, que la question de la double nationalité méritait d’être débattue. La stratégie est toujours la même, au sein de la majorité, et Claude Gloasguen -député UMP-, a été placé à la tête d’une mission d’information, le nombre de personnes concernées en France étant estimé à entre quatre à cinq millions. Mais outre toute dimension tactico-politicienne, visant à s’attirer les voix du Front national, il est vrai toutefois que le sujet n’est pas vide, ni abscons et que le débat pourrait être soulevé.

Dans le passé, la question de la double nationalité a pu se poser, par exemple au sujet des Alsaciens, au lendemain du traité de Versailles. Mais dans la seconde moitié du XXe siècle, la France a toujours toléré la double nationalité. L’Allemagne, elle, refuse. On est soit allemand ou turc. Il est vrai qu’en France, on nous a longtemps expliqué, que l’on pouvait aimer à la fois, son père et sa mère. On a avancé, que c’était un facteur également de rayonnement de la culture française. Mais il est vrai aussi que l’on a vite déchanté, la fameuse double culture s’étant rapidement transformée en vide culturel et identitaire. Aussi bien par l’échec récurrent du modèle d’intégration, devenu trop peu exigeant, que par l’abandon de nombreux critères traditionnels d’assimilation, dans l’enseignement et ailleurs.

De nos jours, un sport populaire comme le football est particulièrement révélateur du malaise, à l’aune du récent scandale autour des joueurs bi-nationaux. Dans un entretien accordé à Anne Sinclair, dans les années 90, le Roi Hassan II déclara que les Marocains vivant en France ne se sentiront jamais français, laissant la célèbre journaliste pantoise. D’ailleurs, le Maroc interdit à ses citoyens d’abandonner la citoyenneté marocaine. Mais l’intégration n’est pas qu’un vain mot, et revêt indéniablement son importance. La hantise de la double allégeance revient parfois, avec ses problématiques inhérentes. Et les classes populaires les rejettent, car comme disait Jaurès : « La nation est le seul bien des pauvres ».  

Dans une ré-appropriation sémantique par la droite, l’assimilation n’est plus un mot tabou, Guaino l’utilise avec vigueur. Or, assimiler signifie devenir le même. Et après tout, il est vrai que la mère-nation peut exiger, que ses enfants choisissent parfois à la majorité. Comme dans un divorce, sans garde partagée et qui amènerait l’enfant à prendre parti et à choisir. C’est aussi un point de vue. « C’est avec le père ou avec la mère, avec moi ou contre moi… ».  

                                                                                                                                                          J. D.

Demandeur d'emploi |
OKL-GOLP'S CENTER |
Interdit bancaire? Enfin le... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | homosexualiteethomoparentalite
| misoprostolfr
| paroxetinefr