La Lanterne (politique, sujets de société)

  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 18 avril 2013

18 avril, 2013

« Gigi » de Colette

Classé dans : Culture,theatre et 7e art — llanterne @ 16:50

Colette, Gigi, Théâtre Daunou, 25 janvier – 30 juin 2013

« Gigi », c’est la dernière pièce à l’affiche au Théâtre Daunou, depuis le 25 janvier. Tirée d’une nouvelle écrite par Colette en 1944, année où elle fut admise à l’Académie Goncourt - seule femme au milieu des jurés hommes -, elle inspira divers cinéastes, connaîtra une adaptation en pièce en 1952 (avec Audrey Hepburn dans le rôle principal) et une autre en comédie musicale (livret d’Alan Jay Lerner et Frederick Loewe). En 2006, Caroline Huppert a adapté la nouvelle pour la télévision, « Mademoiselle Gigi ».

Gilberte (dite Gigi) est une jeune parisienne de quinze ans dont la mère, Andrée, célibataire et chanteuse à l’Opéra-Comique, a négligé l’éducation. C’est sa grand-mère, Inès, ancienne mondaine et la soeur de celle-ci, tante Alicia, qui l’ont prise en main. Bien que destinée à conquérir les coeurs, Gigi est aussi simple et franche qu’une enfant. Elle entretient des rapports de bonne camaraderie avec le fils d’un ancien soupirant d’Inès, Gaston Lachaille, directeur d’une fabrique de sucre et séducteur réputé. Mais, lorsque Gaston tombe amoureux d’elle, la maturité et l’esprit décidé de Gigi se révèlent. Elle refuse de n’être qu’une nouvelle conquête pour le jeune homme et repousse ses avances, au grand désespoir de sa famille. Jusqu’à ce que l’affection de Gigi pour Gaston reprenne le dessus et que celui-ci demande sa main.

Monter « Gigi » en 2013, c’est d’abord donné à entendre la langue concise et poétique de cet écrivain majeur du XXe siècle. « Au lieu de se marier déjà, il arrive que l’on se marie…enfin ! » Féministe de fait, elle raconte avec ce personnage de Gilberte, dite Gigi, jeune parisienne de quinze ans entourée de demi-mondaines, toute une époque où l’on formait des demi-mondaines, croqueuses de diamants pour le bon plaisir de leurs heureux « mécènes », des rentiers oisifs.  Délicieuse Gigi, fille et petite fille de cocotte, dont le destin est tout tracé mais qui, comme toutes les jeunes filles, va se révolter pour prendre une autre voie : celle contre toute attente, de l’Amour… La pièce renouvelle le genre du boulevard avec esprit et subtilité. Les actrices y sont pétillantes, surtout la grande-tante (Axelle Abbadie) chargée de l’éducation de la sauvageonne et de son entrée dans le Monde. Coline d’Inca - découverte dans « Plus belle la vie » -, se glisse plutôt bien, après Audrey Hepburn ou encore Leslie Caron au cinéma, dans le rôle de l’effrontée, comme Gaston - le comédien Yannick Debain, alias Philippe Daubigné dans le feuilleton « La Philo selon Philippe  » -, le « tonton » de cette si fraiche et  spontanée  jeune fille. La mise en scène et les décors, très classiques, laissent la vedette au texte qui penche du côté de Guitry ou d’Oscar Wilde.

                                                                                                                                                                                                                J. D.


La « transparence », et après ?

Classé dans : Politique,sujets de societe — llanterne @ 2:48

Ce fut donc le jour J, avant-hier, pour la publication des patrimoines des ministres au nom de la transparence. On sait que la loi devrait bientôt s’appliquer également aux parlementaires et aux hauts-fonctionnaires. Cette mesure est censée, on l’a entendu, réconcilier les citoyens et la politique. Mais elle provoque plus d’aigreur que d’enthousiasme - on peut en juger -, y compris dans les rangs du gouvernement. Est-ce que l’on va trop loin ? Est-ce qu’il faut au contraire, aller plus loin encore ? Quels effets cela aura-t-il sur les électeurs ? Et en publiant le patrimoine, donc la fortune de tel ou telle, est-ce qu’on lave plus blanc que blanc, ou alors est-ce que l’on crée plus de défiance ?

Quel malaise parmi les ministres notamment qui se sont exprimés, depuis quelques semaines ! Quelle difficulté, à dire dans ce pays, combien on gagne ! On touche ainsi aux rapports particuliers et complexés des Français avec l’argent. Soyons honnêtes et reconnaissons que nous avons tous épluchés les déclarations de patrimoine de nos ministres. Ainsi, du plus riche, Fabius (plus de 6 millions d’euros) à la plus pauvre, Najat Vallaud-Belkacem (moins de 100 000 euros). Et ce qui était prévisible est arrivé. On s’indigne du fait qu’ils soient huit à dépasser le million d’euros et de plus, on ne croit pas un mot de ceux qui n’auraient presque rien. Nous sommes dans le pays de l’égalité et évidemment, chacun se compare. Naturellement, on se demande, tout d’abord, si l’on peut être (ou du moins se prétendre) socialiste et rouler sur l’or. Tout comme Fabius, est-ce que Michel Sapin (2,15 millions d’euros) ou Marisol Touraine (1 million d’euros) sans parler de Jean-Marc Ayrault lui-même (1,5 millions d’euros) sont capables non plus de défendre une classe ouvrière en voie de disparition, mais au moins de comprendre le drame des 9 millions de Français survivant sous le seuil de pauvreté (14,5 % de la population), à 820 euros par mois ? D’ailleurs, la question se pose aussi pour François Hollande qui lors de son entrée à l’Elysée avait déclaré 1,17 million de patrimoine.

Ainsi, on voit bien que pour certains ministres, la situation pourrait en devenir compliquée, notamment pour ceux assujettis à l’ISF et qui vont peut-être aussi, être les mêmes à engager des réformes difficiles, dans les prochains mois. Il est vrai que Marisol Touraine, par exemple, notre ministre des affaires sociales, va devoir engager prochainement des mesures de réduction des allocations familiales. Cela risque d’être compliquée pour elle. Cette liste fut d’ailleurs publiée avec du retard. Comme un signe du malaise régnant, mais aussi d’une sorte de crise gouvernementale larvée - les fameux couacs -,  qui n’arrive pas à trouver une forme de mode de résolution. Le désordre au sein du gouvernement continue. La gauche est mal à l’aise. En effet, elle s’était posée, en s’opposant aux turpitudes du pouvoir en place. C’est aussi là-dessus que la gauche gagne, en fustigeant les riches, en s’attaquant à la finance. Alors être touché au coeur - je n’aime pas les riches, etc. -, être déstabilisé, au coeur de ce qui a fait votre victoire, de ce qui a fait votre identité, c’est douloureux. Et c’est cette douleur qui contribue à expliquer, à la fois le relatif désarroi de l’équipe au pouvoir dans sa riposte, et ce que l’on appelle le malaise, qui dans les enquêtes d’opinions est énorme, à droite, mais aussi et surtout au coeur même de l’électorat ayant fait la victoire de François Hollande.

Par ailleurs, si tout le monde sait que Fabius, Michèle Delaunay et Marisol Touraine ont hérité d’une jolie fortune, certains mauvais esprits se demanderont, sans doute, comment un modeste professeur d’allemand, marié à une modeste enseignante et n’ayant hérité de ses parents peut être aujourd’hui, avec son épouse, à la tête d’un patrimoine d’un million et demi d’euros, même s’il a été longtemps député-maire de Nantes… Mais il n’y a pas que les riches à poser question. Si on peut comprendre que Benoit Hamon, Cécile Duflot, Delphine Bato ou encore Najat Vallaud-Belkacem soient « sans le sou », on est tout de même en droit de s’étonner que Pierre Moscovici, énarque et ancien président de la Cour des Comptes, n’ait, à 55 ans, que son modeste appartement de Montbéliard, ne valant que… 200 000 euros. Soit il le sous-estime ou nous cache d’autres choses, soit il n’est sûrement pas le plus apte à diriger l’économie et les finances de notre pays. Le problème est que la gauche est prise à son propre piège dans cette affaire. Mais ce qui fera ou pas l’impopularité de ces révélations sera mis en regard de l’action politique. La gauche a toujours eu des grands bourgeois. Ca ne posait pas de difficultés, à partir du moment où leur action politique était approuvée, mais dans un contexte de crise économique, de contestation de l’autorité du président de la République, de doute sur l’efficacité du gouvernement, c’est tout cela qui est mis dans la marmite. En fait, dans cette opération d’enfumage démagogique, tout est là. Les Français vont ainsi s’indigner que certains ministres soient millionnaires et considérer que ceux qui voudraient faire pitié comme des incapables, si ce n’est de gros menteurs.

Tout cela ne sera pas suffisant, car le doute est trop forment installé. Ce doute est antérieur à l’affaire Cahuzac et à la riposte gouvernementale. Le dévissage de popularité des deux têtes de l’exécutif a commencé dès août 2012, sur le terrain des mauvais résultats sur le plan économique et social, ce qui s’est poursuivi sur le terrain d’une appréciation mitigée du style de l’exercice de la fonction présidentielle, puis sur ce désordre gouvernemental, et là c’est le coup de grâce. C’est maintenant le doute moral. La riposte gouvernementale ne saurait inverser le mouvement. Le ver est dans le fruit, pour recréer un lien de confiance, il en faudrait beaucoup plus. Mais ce qui est sûr, c’est qu’avec ce déballage, ce gouvernement est plus pitoyable qu’autre chose et fait rire le monde entier avec cette course bien tardive à la moralisation…

                                                                                                                                                                                        J. D.

Demandeur d'emploi |
OKL-GOLP'S CENTER |
Interdit bancaire? Enfin le... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | homosexualiteethomoparentalite
| misoprostolfr
| paroxetinefr