La Lanterne (politique, sujets de société)

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 21 décembre 2013

21 décembre, 2013

Retour sur cet hommage à Mandela

Classé dans : Diplomatie,Monde,Politique — llanterne @ 5:18

Après l’hommage unanime et consensuel adressé à Nelson Mandela, selon la formule zemmourienne, « les effluves d’encens médiatique se sont peu à peu dissipées ». A ce titre, l’icône Mandela a été célébré aux quatre coins de la planète, à l’image d’un Gandhi. 90 chefs d’Etat se son précipités en Afrique du sud pour honorer la mémoire du grand homme. Ils n’avaient guère le choix, il est vrai, sur le plan de la com’. Que celui que ses fidèles appelaient « Madiba » ait été terroriste et plus ou moins communiste dans sa jeunesse n’a guère d’importance. Mandela a su, après 29 années de bagne, lancer le plus beau mot d’ordre, et pas des moindres, à savoir celui de la réconciliation, du pardon. Peu de vainqueurs ont eu ce courage. Mais une fois cet petit monde envolé, une fois le mythe consacré, reste aussi la dure réalité, qui est celle de l’Afrique du sud contemporaine.

Effectivement, il y a vingt ans, quand Mandela accède au pouvoir en Afrique du sud, en 1994, il a le grand mérite de prôner la réconciliation entre noirs et blancs et d’éviter ainsi un bain de sang. Tous ceux qui connaissaient l’Afrique du sud de l’apartheid craignaient que le jour où les choses basculeraient, où les Blancs perdraient la partie, on assisterait à la pire des guerres civiles et que les noirs se vengeraient sans pitié de décennies de persécutions. Ce fut la seule « décolonisation » réussie, au 1er abord. Né le 18 juillet 1918 dans l’ancien Transkei, décédé le 5 décembre 2013, Nelson Mandela était un Xhosa issu de la lignée royale des Thembu, éduqué à l’européenne par des missionnaires méthodistes. Il commença ses études supérieures à Fort Hare, université destinée aux enfants des élites noires, avant de les achever à Witwatersrand, au Transvaal, au coeur de ce qui était alors le « pays boer ». Il s’installa ensuite comme avocat à Johannesburg. Nelson Mandela était avant tout un révolutionnaire, un combattant, un militant qui mit « sa peau au bout de ses idées ». Il fut ainsi l’un des fondateurs de l’aile militaire de l’ANC, qu’il co-dirigea avec le communiste Joe Slovo, planifiant et coordonnant plus de 200 attentats et sabotages pour lesquels il fut condamné à la prison à vie.

A sa libération et à son avènement, Mandela a trouvé en le président De Klerk de l’époque, un parfait alter-égo, qui renonce alors à défendre le pouvoir et l’apartheid, alors même que l’ANC n’avait pas les moyens militaires de battre l’armée sud-africaine. Il faut dire que diplomatiquement, depuis la chute du mur de Berlin, l’Afrique du sud ne sert plus de bastion contre le communisme et le soutien tacite de l’occident au régime d’apartheid, durant les années 1970-80, n’a plus de raison d’être, l’abandonnant au nom des bons sentiments. Il fut ainsi hissé au pouvoir par un président De Klerk appliquant à la lettre le plan de règlement global de la question sud-africaine décidé par Washington. Mais seulement, certains chiffres viennent ensuite noircir le tableau du post-apartheid. Le taux de criminalité en Afrique du sud est, en 2013, le plus élevé au monde, avec une moyenne de 43 meurtres quotidiens. Entre 1970 et 1994, en 24 ans, alors que l’ANC était en guerre contre le régime d’apartheid, une soixante de fermiers blancs furent tués. Depuis avril 1994, plus de 2000 fermiers blancs ont été assassinés. Cependant, il faut reconnaître à Mandela l’intelligence, à son arrivée au pouvoir, d’avoir compris que s’en prendre aux élites économiques blanches, coulerait l’Afrique du sud. Il avait l’exemple de la Rodhésie, devenu le Zimbawe.

Mais plusieurs héritiers de Mandela  n’ont pas cette intelligence, que ce soit Thabo Mbeki (1999-2008) et Jacob Zuma (depuis 2009), l’Afrique du sud étant devenu un Etat du « tiers-monde » dérivant dans un océan de pénuries, de corruption, de misère sociale et de violences, réalité en partie masquée par quelques secteurs ultraperformants. Le PIB de l’Afrique du sud a chuté considérablement en quinze ans. Selon les statistiques de l’ONU, l’Afrique du sud est désormais classée parmi l’un des cinq pays les moins performants du continent africain, devant les Comores, Madagascar, le Soudan et le Swaziland. Le chômage toucherait près de 25,6 % de la population active en 2013, mais en réalité environ 40 % des actifs. Quant au revenu de la tranche la plus démunie de la population noire, il est aujourd’hui inférieur de moitié, à ce qu’il était avant 1994. En 2013, près de 17 millions de noirs sur une population de 51 millions d’habitants, ne survécurent que grâce aux aides sociales. S’y ajoute des problèmes d’ordre sanitaire, le Sida faisant des ravages (près de 20 % de la population étant séropositive), au sein de la population noire. Le pays est toujours aussi divisé et cloisonné, après des décennies d’apartheid, blancs et noirs ne se cotoyant guère, et les clivages politiques étant toujours les mêmes, lors de chaque élection, les noirs votant pour l’ANC, les blancs et les métis pour l’Alliance démocratique.

Entre noirs même, l’ANC connaissant de graves tensions entre Zulu et Xhosa (la tribu dont était issue Mandela), entre doctrinaires post marxistes et « gestionnaires » capitalistes, entre africanistes et partisans d’une ligne « multiraciale », à la kényane. Un conflit de génération oppose également la vieille garde aux jeunes loups prônant une « libération raciale » et la spoliation des fermiers blancs, comme au Zimbawe. Ces successeurs se sont révélés incompétents et corrompus. La misère grandissante accroît la violence sociale et la répression est souvent féroce. Ainsi selon une tirade d’Eric Zemmour, concluant bien le propos, une fois Mandela disparu, on risque de s’apercevoir vite, que l’Afrique du sud ne constitue pas une nation, mais un agrégat de peuples opposés, désunis et déchirés, réunis par le colonisateur britannique, peuples dont les références culturelles sont étrangères, et même souvent irréductibles, les unes aux autres, que la nation « Arc-en-Ciel » n’est qu’un mythe.

                                                                                                                                                                                                 J. D.

Demandeur d'emploi |
OKL-GOLP'S CENTER |
Interdit bancaire? Enfin le... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | homosexualiteethomoparentalite
| misoprostolfr
| paroxetinefr