La Lanterne (politique, sujets de société)

  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 3 septembre 2015

3 septembre, 2015

Les Balkany, le début de la fin ?

Classé dans : Politique,sujets de societe — llanterne @ 0:13

Les époux Balkany ont été l’objet d’une mise en examen, d’une levée d’immunité parlementaire, de la saisie de leurs passeports et de saisies confiscatoires, il y a quelques mois de cela, en accord avec les juges. Et ces décisions de justice vont peut-être provoquer leur chute. Alors que leur reproche-t-on ? Est-ce la fin avérée ou non du couple Balkany, ces décisions de justice induisant cette question ? Est-ce abusif ou avéré ? Comment la justice, un jour, partant d’une affaire de commissions, a fini par mettre la main sur la totalité de leur patrimoine non-déclaré ? Quand connaîtra-t-on le dénouement judiciaire de cette affaire ? N’y aurait-il pas éventuellement un complot visant à s’acharner contre Nicolas Sarkozy, à travers l’un de ses amis, avant l’échéance de la primaire des présidentielles ? Quelle est la situation politique ?

En tout cas, c’est un système de vingt, trente ans, qui s’est effondré, en quelques mois. Une page se tourne, c’est un peu la fin de l’empire (ou du moins le début de la fin), semble-t-il, et on a un peu senti le coup venir. Comme quand Balkany s’en est pris, il y a environ un an, à un journaliste de BFM TV venu l’interroger sur sa mise en examen, dans sa permanence, lui confisquant sa caméra sous le coup de l’énervement, sa femme tentant de le tempérer. Ce-dernier ne s’était aperçu que nous étions passé à l’ère du numérique, la vidéo ayant largement tourné sur le web. Derrière ces trois propriétés des Balkany saisies par la justice, c’est toute l’histoire de ce financement, de corruption et de détournement éventuel des sociétés qui ont des marchés à Levallois, tout cet édifice-là que la justice est en train d’ébranler. Ce n’est pas la 1ère fois que la justice s’y intéresse, à savoir à cet édifice et à ce patrimoine immobilier. A vrai dire, Patrick Balkany a déjà été condamné dans le passé, puis il a été réélu. La 1ère affaire Balkany a touché au fait, qu’ils confondaient le personnel municipal avec le personnel domestique, emmené par exemple, dans leur villa aux Antilles, l’ayant conduit à être condamné à une peine d’inégibilité. Comme cela arrive parfois, il a ensuite été réélu, ayant d’autres exemples d’élus condamnés par la justice, puis au fond adoubé par leur électorat, à droite comme à gauche. Là, l’affaire est plus grave, c’est d’une autre nature, les biens du couple Balkany ayant une valeur très supérieure à leur patrimoine déclaré, tout ce qu’il y a de transparent, ayant toujours été élu (conseiller général, maire, député).

Ainsi ont-ils été mis en examen, il y a quelques mois, sur des accusations de blanchiment de fraude fiscale, étant accusé de n’avoir pas déclaré une partie de leur patrimoine, au demeurant sans commune mesure avec leurs indemnités d’élus. Quoi qu’il en soit de la fortune familiale supposée des époux Balkany, le père de Patrick Balkany, ayant notamment lancé la chaîne de magasins de prêt-à-porter Réty. La propriété de 4 hectares en Normandie, dit du « moulin de Giverny », dont ils sont propriétaires depuis trente ans, donnée à leurs enfants, mais dont ils conservaient l’usufruit, leur permettait de déclarer que 150 000 euros au fisc. Cette fois-ci, ils sont saisis, le plus contraignant étant la levée de l’immunité parlementaire, ainsi que la confiscation du passeport, car il y a des risques de blanchiment ou de dissimulation de patrimoine, si les Balkany se rendent à l’étranger. Tout cela met évidemment en cause leur mode de gestion de la ville de Levallois-Perret, dont ils sont élus depuis 1983, tous les deux, avec une parenthèse d’un mandat. On a l’impression que les Balkany appartiennent à une autre époque. Celle où les Hauts-de-Seine étaient un empire et sur lequel régnait d’abord un certain Charles Pasqua, puis un certain Nicolas Sarkozy, avec des personnages, des barons, nous pourrions dire, du type de Patrick Balkany. Il n’a pas vu arriver, venir ce coup fatal qu’on lui porte aujourd’hui. Et qui est le mode de traitement appliqué à tous les voyous de droit commun, qui ne craignent nullement la prison, mais surtout que l’on touche à leur argent.

Nous le savons, Levallois est une ville tout à fait limitrophe de Paris, donc les terrains immobiliers ont une valeur considérable. C’est la ville la plus endettée de France, mais c’est en même temps une commune où il y a des sièges sociaux, qui a des revenus pouvant justifier cet endettement. Balkany a été réélu, étant indéniable qu’il a transformé cette commune. Il en a fait la ville des classes moyennes, des cadres, avec des crèches partout, des centres sportifs, des associations sportives, mais au prix d’un endettement énorme, qui devra être payé, un jour, par les citoyens de Levallois. Il y a trente, quarante ans, Levallois était une ville de gauche, communiste, avec des taudis partout, des hôtels, des bars de voyous. Durant ses deux premiers mandats, Patrick Balkany a contribué à la profonde mutation de Levallois-Perret, en transformant les zones industrielles déliquescentes ou en friche (occupant près d’un quart de la superficie de la ville) en quartiers résidentiels et de bureaux. Il a fait venir une nouvelle population, ce qui signifie de nouveaux électeurs, leur offrant les services dont elle avait besoin. A ce titre, c’est toute la partie nord des Hauts-de-Seine qui a changé, au tournant des années 80. Soit un Etat dans l’Etat en France et dont le PIB est équivalent à celui de la Grèce avant 2008 et de beaucoup de petits pays européens. Parce qu’il y a notamment ce quartier d’affaires de la Défense, érigé à partir des années 1960 sur des terrains vagues ou en friche et couvrant plusieurs communes des Hauts-de-Seine (Puteaux, Courbevoie, Suresnes, Nanterre), où sont domiciliés de nombreux sièges sociaux d’entreprises payant leurs impôts locaux. Et le plus souvent géré par des mairies de droite, qui étaient de gauche à l’époque, sans transparence sur les affaires de financement de partis politiques et avec beaucoup à faire sur le plan immobilier.

C’est comme cela que ces communes se sont complètement transformées architecturalement et sociologiquement. Et cela fait longtemps, à vrai dire, que la presse et la justice suspectent Patrick Balkany de monnayer les terrains immobiliers, de faire de l’argent et d’avoir constitué une fortune. Et puis reste la façon, dont il a usé de son pouvoir d’influence, puisqu’il a aussi fait des affaires en Afrique noire, notamment lorsque Nicolas Sarkozy était président, par sa proximité et son amitié présidentielle. C’est la 1ère fois que la justice arrive à démonter le système. Mais le choc frappant Balkany vient d’abord de son propre camp, de l’intérieur, non des juges, des médias, mais essentiellement de l’un de ses anciens camarades de jeux, à savoir Didier Schuller. Mêlé à l’affaire du financement du RPR et des HLM de la ville de Paris, Schuller a tout pris au procès, en présence de Balkany, sans rien dire. Il y avait deux offices HLM à Paris, dont un finançant le RPR au travers un système de pots-de-vin versés contre l’octroi de marchés publics. C’est la vengeance de Schuller qui a changé les choses, à savoir son clone. Il y a trente ans, il devait prendre la mairie de Clichy, voisine de Levallois. C’est tout un périmètre, Levallois faisant 1km de long sur 1,5 km de large, soit de tous petits rectangles aux portes de Paris, entre la Seine et le périph’, où tout était à faire en immobilier. Didier Schuller s’en va en cavale en République dominicaine, sa vie étant, au fond, détruite, ayant perdu de son aura. Et vingt ans plus tard, étant revenu, en révélant tout ce qu’il savait, il a mis la justice sur la piste, lui ouvrant une porte d’entrée sur le système Balkany. Cette mise en examen signe le début des gros ennuis pour Patrick Balkany. Quelques mois plus tard, les députés « Les Républicains » ont voté la levée de son immunité parlementaire, étant un signal très simple et clair, signifiant que personne n’a voulu bloquer le travail de la justice. Les Balkany devenaient peut-être un boulet pour la droite, à l’approche des élections régionales.

Dès lors, Balkany aura du mal à se relever, du moins, nous le pensons. Cela dit, on se méfie. Cela fait vingt ans que l’on parle de sa fin, sa chute. Effectivement, il est dans le tourbillon de la justice depuis trente ans, Patrick Balkany ayant été élu quatre fois maire, au travers un système bougrement clientéliste. Il y a la justice et la démocratie. Ces élus retournent devant leurs électeurs, à chaque fois et s’ils s’avèrent talentueux, ces-derniers redonnent leurs voix systématiquement. L’inégibilité est fixée un temps, par le juge, un élu pouvant avoir une 2e ou une 3e vie politique. Alors qu’un fonctionnaire d’autorité ne le peut, car étant révoqué. En Allemagne, lorsque l’on a été condamné par la justice, on ne peut se représenter. Moralement, les partis politiques pourraient établir une limite. Le suffrage universel a une valeur autre dans l’hexagone. C’est heureux pour certains, pas pour d’autres. La levée de son immunité parlementaire ne signifie pas qu’il ne puisse plus continuer à siéger et il continue et continuera à siéger. Il n’est pas impossible s’il se représente aux prochaines élections municipales, qu’il soit réélu. Des associations anti-corruption réclament déjà davantage, certains souhaitant sa démission de son poste de maire de Levallois, en vertu d’un décret du code des collectivités territoriales touchant à la destitution d’un maire dont l’autorité morale a été entachée. Des associations de contribuables levalloisiens peuvent se constituer également partie civile, s’ils se sentent floués. Le gouvernement peut aussi destituer le maire de Levallois-Perret, en conseil des ministres, ce qui serait un signal fort.

En tout cas, en attendant, la justice poursuit ses investigations. Pour le moment, ce sont des juges d’instruction qui sont saisis. Si l’on suit les affaires politico-financières depuis longtemps, ce qui surprend, c’est la rapidité de la saisie de ces biens. Le pire pour le couple, c’est que la justice ait ordonné la vente de leur villa « Pamplemousse » à St-Martin, aux Antilles, allant directement à l’Etat. Balkany utilise des prête-noms dans l’acquisition de ces propriétés aux Antilles et au Maroc, sans parler de sa maison de Giverny, comme Cahuzac l’a fait, afin de détourner la rigueur du fisc. Mais aussi comme Mitterrand qui a acheté un domaine dans le Lubéron, sous un prête-nom, la propriété de Gorde, mais au bénéfice d’Anne Pingeot et de Mazarine et non pour des raisons fiscales. Patrick Balkany n’a pas inventé ce système. Il est aussi « victime », entre guillemets, si l’on peut dire, de l’affaire Cahuzac, et de la GRASC, ayant épluché ses déclarations de revenus. Cette agence a été le fruit d’une loi portée par Nicolas Sarkozy en 2010, mise en application en 2011, le but étant de toucher les truands, la pègre, de la déstabiliser, permettant de saisir, puis de vendre des biens acquis frauduleusement, sans attendre la décision de justice. En Italie d’où vient ce modèle, c’est une méthode efficace pour lutter contre la mafia. Si l’on est sourcilleux sur la procédure judiciaire, tant que la décision de justice n’est pas rendue, on est réputé innocent, que ce soit M. Balkany ou un 1er communiant, ce-dernier constituant une cible médiatique et judiciaire. Il est victime de ces lois, de cette agence, qui a été créé pour lutter contre le crime organisé, à l’origine. Mais la justice n’a pas tranché définitivement, des recours sont possibles. La déclaration des époux Balkany est frauduleuse, ce qui est facile à démontrer. Mais le problème est de savoir d’où vient l’argent et là-dessus, la procédure peut s’établir sur des mois, voire des années. Effectivement, si cela vient de montages, de portages d’affaires, de commissions occultes avec des circuits internationaux, pour les juges, cela va être compliqué à dénouer et à établir.

Nous savons que Patrick Balkany a acquis une mine d’uranium en Afrique noire, un industriel belge lui ayant versé une commission réclamée contre son exploitation, sous la forme de deux virements depuis son compte en Suisse, vers un compte numéroté domicilié à Singapour. A l’époque des espèces, il n’y avait pas besoin de ces montages complexes. Mais avec le temps, il a fallu monter ces écheveaux de sociétés, avec à priori passage vers des paradis fiscaux, afin de perdre la justice française. Nicolas Sarkozy a été touché de plein fouet, ayant des prétentions politiques, perdant un nouvel ami et soutien par des compromissions, après Claude Guéant. Et il ne pourra s’imperméabiliser totalement vis-à-vis de cette affaire, même s’il reste silencieux. Balkany a conquis la mairie de Levallois grâce à Sarkozy. Il en a toujours rajouté d’ailleurs dans la mise en avant de cette amitié, car cela servait ces intérêts. Les Balkany sont le sparadrap des années bling-bling, l’ayant toujours été. Durant cette période noire où Cécilia Attias était en train de quitter Nicolas Sarkozy, c’est Isabelle Balkany qui a fait le lien. A sa décharge, Sarkozy ne l’a jamais fait ministre, Balkany ayant toujours rêvé d’obtenir le portefeuille de la coopération, par ses liens avec l’Afrique. Ayant même, paraît-il, claqué la porte de son bureau de l’Elysée, quand il avait appris qu’il ne serait pas ministre. Balkany a été un soutien, un ami de jeunesse, une relation de vingt, trente ans, notamment par leurs origines hongroises communes, du côté paternel. Mais Sarkozy l’a toujours confiné à Levallois. Tout en lui donnant un passeport diplomatique, ce qui lui a permis de beaucoup voyager en Afrique et de multiplier les affaires occultes. Il jouait le rôle de conseiller de l’ombre, au sujet de l’Afrique. Mais il y avait tout un halo d’affaires autour de lui.

Sous le quinquennat précédent, vers la fin, il se disait que la mairie de Levallois fonctionnait comme un Matignon bis et que les réseaux y manoeuvrant étaient plus puissants qu’à Matignon même. En tout cas, il est certain que Nicolas Sarkozy, qui semble être fidèle en amitié, prendra sur le plan officiel plus de précautions, pour ne pas le prendre dans son entourage immédiat, dans le cadre de son retour en politique. Mais l’un des développements de cette affaire n’est pas moins spectaculaire, l’un des avocats proche de Sarkozy – à savoir celui de la ville de Levallois – étant soupçonné d’avoir orchestré l’évasion fiscale du couple Balkany, aujourd’hui mis en examen, ce qui fait une deuxième-troisième fuite. Cette affaire en rajoute à l’eau du moulin du « Tous pourris », que ce soit à droite ou à gauche. Une législation oblige les élus à rendre transparent leur patrimoine. Mais encore peuvent-ils mentir, ce qui est le cas de Balkany, et là, des enquêtes sont diligentées. Aucun élu n’est comparable à un autre, comme Jérôme Cahuzac, ministre des finances et dissimulant son patrimoine au fisc, ce qui est exceptionnel dans son profil. Dans une approche subliminale, le fait que l’on gagne moins bien sa vie dans le public que dans le privé induit peut-être aussi, en partie, l’écrasante médiocrité de la plupart de nos élus, par un processus de sélection naturelle. Certes, on ne fait à priori pas fortune en faisant de la politique. Quoi qu’il en soit de leurs qualités réelles ou supposées, la plupart des élus sont constamment sur le terrain, sollicités par leurs électeurs, pour des indemnités sommes toutes pas extraordinaires, se lançant plutôt dans cette voie par passion que pour s’enrichir, au départ. Bien qu’il y ait des brebis galeuses, mais qui restent minoritaires, toutes proportions gardées.

Les époux Balkany ne sont pas encore en prison, c’est loin d’être le cas. Nous en sommes au début, c’est une mise en examen. Mais la justice est longue, car le montage est complexe, les Balkany ayant un très bon avocat, ils vont tout faire pour en retarder l’échéance. Il y aura un renvoi en correctionnel, un procès, un 2e procès en appel. Nous devrons certainement attendre deux ans, trois ans, quatre ans, pour en évoquer l’issue. Ce n’est pas la fin, mais le début de la fin, car beaucoup d’autres affaires couvent à Levallois.

                                                                                                                                                                                        J. D.

 

Demandeur d'emploi |
OKL-GOLP'S CENTER |
Interdit bancaire? Enfin le... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | homosexualiteethomoparentalite
| misoprostolfr
| paroxetinefr